Le système auditif


L’ouïe est une fonction complexe qui fait intervenir plusieurs organes: les oreilles, le système nerveux et les zones spécialisées du cerveau.

C’est grâce à elle que l’homme peut percevoir son environnement extérieur et communiquer avec son entourage.

L’oreille est l’organe auditif le plus connu. Chez l’humain, elle est composée de trois parties :
  • l'oreille externe
  • l'oreille moyenne
  • l'oreille interne
L’oreille externe

La partie visible de l’oreille est ce qu’on appelle l’oreille externe. Elle se compose de deux éléments : le pavillon et le conduit auditif externe. Le pavillon sert d'amplificateur aux sons environnants. Il concentre les ondes sonores et, via le conduit auditif, les réfléchit vers le tympan.



L’oreille moyenne

L’oreille moyenne comprend le tympan, la chaîne des osselets et la trompe d’Eustache. Le tympan est une fine membrane tendue comme un tambour au bout de l’oreille externe. Il transmet les ondes sonores (les vibrations de l’air) aux trois osselets : le marteau, l’enclume et l’étrier.



L’oreille interne

L’oreille interne assure la perception des sons. Son ensemble, le labyrinthe, est composé de deux organes sensoriels : le vestibule et la cochlée (également appelée le limaçon). Le rôle du vestibule est capital dans l'équilibre, il contient des éléments sensoriels qui envoient des informations sur la position et sur les mouvements du corps.


Les Français et leur audition


Plus de 10 % de la population souffre d'une perte auditive, pourcentage qui monte à environ 50 % chez les gens de plus de 65 ans. Ces pourcentages vont s'accentuer dans les générations montantes du fait de caractéristiques environnementales : bruits industriels, discothèque, baladeurs, nombreux groupes rocks aux enceintes acoustiques puissantes. La dernière vague du Baromètre national de l’audition, réalisé par IPSOS pour l’Association « Journée Nationale de l’Audition », montre que les difficultés auditives concernent au moins un Français sur 5, surtout après 45 ans. Le plus souvent, ces difficultés ne sont pas traitées…
Baromètre IPSOS sur l’audition des Français :

47% des personnes interrogées ont des difficultés à suivre ou à participer à une conversation dans une fête, réunion de famille, restaurant ou réunion de travail.
47
32% d’entre elles reconnaissent écouter parfois ou systématiquement la radio ou la télévision trop fort, selon leurs proches.
32
40% reconnaissent être surprises par une voiture ou une personne qu’elles n’ont pas entendue arriver.
40
31% des personnes interrogées disent avoir, parfois ou systématiquement, des difficultés à suivre une conversation au téléphone.
31
47% des personnes de 45 à 59 ans n’ont jamais fait contrôler leur audition et ce pourcentage est de 51 % chez les 70 ans et plus.
47

La baisse de l'audition


Plus de 10 % de la population souffre d'une perte auditive, pourcentage qui monte à environ 50 % chez les gens de plus de 65 ans.
Ces pourcentages vont s'accentuer dans les générations montantes du fait de caractéristiques environnementales : bruits industriels, discothèque, baladeurs, nombreux groupes rocks aux enceintes acoustiques puissantes. La dernière vague du Baromètre national de l’audition, réalisé par IPSOS pour l’Association « Journée Nationale de l’Audition », montre que les difficultés auditives concernent au moins un Français sur 5, surtout après 45 ans. Le plus souvent, ces difficultés ne sont pas traitées…
Les surdités de transmission
Elles sont provoquées par une atteinte de l’oreille externe ou (et) de l’oreille moyenne. Il en résulte une mauvaise transmission des sons à l'oreille interne. Parmi les causes de surdités de transmission, citons les malformations de l’oreille externe ou moyenne, le bouchon de cérumen, la perforation tympanique, l’otite, l’otospongiose... Ces surdités de transmission correspondent toujours à des pertes auditives légères ou moyennes, elles peuvent souvent être traitées médicalement ou chirurgicalement.
Les surdités de perception
Elles sont provoquées par une atteinte de l’oreille interne. La presbyacousie est la surdité de perception la plus fréquente, à laquelle personne n’échappe. Elle correspond à une dégénérescence physiologique de la cochlée avec l’âge (par analogie, on peut la comparer avec la presbytie pour la vue). Il existe de grandes différences individuelles sur l’effet du vieillissement, notamment en fonction d’éventuels antécédents ORL, de contextes de fragilité héréditaire. Les expositions excessives au bruit (on parle de traumatismes sonores), qu’elles soient d’origine professionnelle ou de loisirs ont également un effet très nocif sur l’oreille interne. La presbyacousie sera donc d’autant plus précoce que le système auditif aura déjà été altérée par des agents nocifs.
Les surdités mixtes
Elles correspondent à une atteinte simultanée de l’oreille externe ou moyenne et de l’oreille interne. Elles associent donc les caractéristiques d’une surdité de transmission et d’une surdité de perception.
La presbyacousie


La presbyacousie correspond au vieillissement naturel du système auditif.


C’est un phénomène naturel auquel personne n’échappe, mais il existe de grandes différences entre individus.



Il s’agit d’une perte auditive qui s’installe et s’accentue progressivement, en affectant davantage certaines fréquences (les sons aigus).
Une surdité insidieuse

Le caractère progressif de cette surdité est insidieux : la personne concernée ne se rend souvent pas compte de sa déficience auditive (puisqu’elle continue à entendre certains bruits), et elle met sur le compte d’autrui la gêne engendrée au niveau de la compréhension : « ce n’est pas moi qui entend mal, ce sont les autres qui n’articulent pas… ». Ce sont en effet les difficultés de compréhension, surtout en milieu bruyant et en groupe de plusieurs personnes, qui constituent le premier symptôme de cette presbyacousie. C’est donc dans ces situations d’écoute plus difficiles que la personne malentendante ressentira sa gêne au début. Une prise en charge précoce de cette presbyacousie facilite l’adaptation à l’appareillage et favorise le résultat et le bénéfice prothétique.

Testez votre audition


Il est important de consulter dès les premiers signes de perte auditive.

Pour bénéficier d’un test gratuit et personnalisé de votre audition (test prothétique à visée non médicale) Prenez contact dès aujourd’hui avec le laboratoire d’Audiologie RENARD le plus proche de chez vous. Nos audioprothésistes Diplômés d’Etat vous recevront sur rendez-vous, sans engagement de votre part, afin de faire le point sur vos difficultés auditives.

Si le médecin ORL prescrit le port d’un appareillage auditif, l’audioprothésiste réalisera la correction prothétique la mieux adaptée en fonction du patient. La précocité de cet appareillage est essentiel : Plus tôt l’appareillage auditif est réalisé après le début de la gêne auditive, plus l’adaptation est facile et rapide.

A l’inverse, plus ce délai est long et plus les phénomènes de privation sensorielle rendent l’adaptation difficile ; le résultat final peut même en être définitivement altéré. N’OUBLIEZ DONC PAS QU’UNE PRISE EN CHARGE PRECOCE DU DEFICIT AUDITIF EST INDISPENSABLE POUR UN RESULTAT OPTIMAL

Protégez votre audition


Le système auditif est une mécanique de haute précision. Nombreux sont les facteurs qui peuvent le fragiliser et l’abîmer de façon irréversible. Un de ces facteurs est le bruit. Les sons forts détruisent les cellules sensorielles de l’oreille, ce qui conduit à la surdité. Que ce soit en milieu professionnel ou dans les loisirs, le bruit peut être nuisible lorsqu’il est trop fort ou qu’il dure trop longtemps. Les conséquences sont la baisse d’audition, les acouphènes, l’hyperacousie… Mais aussi l’irritabilité, le stress, la fatigue…
Il y a chaque année en France 200.000 nouveaux cas d'acouphènes dont 130.000 dénombrés sur des jeunes ayant subi un traumatisme sonore. L'usage de stupéfiants est de nature à augmenter les effets destructeurs du son (source : France Acouphènes). N’oublions pas que même si l’exposition au bruit est « volontaire » (concerts, sports mécaniques, chasse), elle n’en reste pas moins nocive ! Le plaisir n’exclut pas le risque… Et ces risques sont présents partout, même à la maison ! Combien de « bricoleurs » pensent à porter une protection ? Tondeuse à gazon, perceuse, ponceuse… Aucun bruit n’est anodin.
Pour préserver le « capital auditif » il existe différents protecteurs (on les appelle les PICB : Protecteurs Individuels Contre le Bruit). Pour chaque exposition, il existe un protecteur spécifique : bouchons jetables ou réutilisables, casques, embouts sur mesure, protections auditives « spécial musicien » tout spécialement conçues pour les mélomanes… N’hésitez pas à demander conseil à votre Audioprothésiste.
Mais l’oreille peut aussi être fragilisée par le contact avec l’eau.
Le sel, le chlore ou les germes peuvent entraîner une inflammation du conduit auditif externe. Les enfants (ou adultes) porteurs de drains ou présentant une perforation tympanique sont particulièrement exposés à ces risques. Il leur est donc recommandé d’ « obstruer » leur oreille au moyen d’une protection anti-eau. Il en existe de plusieurs types, mais le plus efficace est l’embout anti-eau sur mesure en silicone.